Temple "dit de Janus"

Vestiges spectaculaires d'un temple gaulois puis gallo-romain dont ne subsistent que deux pans de murs bien conservés. A compléter par la découverte des nombreux vestiges romains de la ville. 

Diolkos, voie à navires

Chemin guidé dallé qui permettait aux navires de traverser l'isthme de Corinthe par voie terrestre. 

Vestiges d'un château fort (3d)

Alleuze est un site enchanteur : les méandres de la Truyère enserrent le piton escarpé où se dressent fièrement les ruines du château féodal.

Trophée de Pompée, col de Panissars

Un  site archéologique à ciel ouvert monumental, posé au sein d'un paysage exceptionnel. 

Voie domitia

Plus ancienne voie romaine de Gaule. 

Four de potier

Le four se compose de deux chambres de cuisson. 

Basilique de Kodratos

Basilique paléochrétienne du 6° siècle de notre ère à trois nefs,  sans atrium ou baptistère. 

Plateau de Gonia

Plateau occupé pendant la protohistoire grecque, que l'on pourrait assimiler à l'équivalent d'un petit oppidum. 

Carrières romaines

Carrière d'extraction de matériaux de construction dite romaine mais probablement utilisée durant l'Antiquité. 

Motte castrale

Le site de la Tour-Saint-Austrille est un témoignage rare des formes de pouvoir apparues au Haut Moyen-Age: petite seigneurie féodale, comté de la Marche, établissement canonial. Le parcours comporte des vestiges de différentes époques (gallo-romaine, Xe et XVe siècles)

Cité d'Iomnium

Vestiges encore bien visibles témoignant d'une longue occupation diachronique ; vandales, romains, byzantins s'y sont en effet succédés. 

Cité romaine

Site non reconnu, nous avons besoin de vérifications sur place et de photos. 

Cité antique de Tuben Oppidum

Tobna pour les berbères, Thubunae pour Pline l’Ancien et Tuben oppidun pour les romains et les byzantins. 

Cité antique de Cuicul

Un site majeur très bien conservé, d'une cité antique, posée dans un paysage spectaculaire. 

Arc de Diane, vestige de thermes

Vestige des thermes antiques de Divona Cadurcorum la gallo-romaine et datés des 1 et 2° siècles, plusieurs édifices se sont succédés jusqu'au 4° s. Ils étaient alimentés en eau par l'aqueduc qui prenait sa source à 16 kms à proximité de l'oppidum gaulois de Murcens. .

Amphithéâtre

Vestiges de l amphithéâtre encore visibles dans le parking sous terrain et à l'exterieur. 

Amphithéâtre

Visible depuis l'extérieur. 

Pont médiéval

Construit au XIIIème siècle, ce pont supportait une circulation importante sur le chemin dit de Bourganeuf en provenance de Saint Junien, Aixe, Saint Léonard de Noblat et Bourganeuf. 

Musée National des Mines de Fer

Musée et galeries avec visite en train qui traitent de ce que l'on appele désormais l'archéologie des mines. 

Amphithéâtre romain

Une importante dépression dans le sol d'environ 79 mètres par 52 mètres est visible.

Basilique de Kraneion

Basilique chrétienne probablement datée du 6° siècle de notre ère. 

Aetopetra

Il s'agit d'une colline localisée à environ 3 kilomètres à l'ouest de l'ancienne Corinthe. 

Ancien quartier de potiers

Château de Penteskoufi

Fortifications probablement médiévales. 

Temple d'Aphrodite

Installé sur le versant Est, le plus ancien de l'acrocorynthe, se trouvait le temple d'Aphrodite, dont il ne subsiste que de rares vestiges, une chapelle byzantine ayant été construite à son emplacement. 

Fontaine Pirène supérieure

Fontaine de hauteur, dite Pirène supérieure par opposition à celle située en contrebas dans la cité. 

Portes fortifiées de l'acrocorinthe

Citadelle, ou forteresse qui surplombait la cité antique de Corinthe, légèrement décalée par rapport à la ville moderne qui s'est rapprochée de la mer. 

Vestiges d'une cella d'un temple gallo-romain.

La tour de Grisset est le vestige de la cella d'un temple antique de type fanum. Ce temple n'était qu'une partie d'un vaste complexe comportant des thermes (partiellement fouillés), un dispositif d'adduction ou d'évacuation d'eau et des bâtiments à la fonction non encore définie, décelés grâce à des campagnes de prospection aérienne ; deux d'entre eux pourraient également être des fana. L'ensemble, en raison de la dispersion spatiale des vestiges retrouvés, laisse envisager l'existence d'une agglomération secondaire antique. Une voie antique, du Mans à Chartres, passait probablement à proximité du site.

Petit camp fortifié.

Ce fortin est appelé, probablement à tort, "camp romain", de par sa typologie, mais ces dimensions réduites font plutôt penser à un fortin du Haut-Moyen-Age, voir du Moyen Age central. 

Mottes castrales

Un ensemble de 5 mottes castrales (parfois encore appelées féodales) est à découvrir. 

Fortifications, levées de terre

Site diachronique (multi-périodes) occupé depuis la période celte, puis gallo-romaine et enfin médiévale. 

Maison forte médiévale ruinée et jardins médiévaux

ATTENTION SITE FERME EN 2019 pour rénovation. 

Oppidum, éperon barré.

Vestiges encore visibles de fortifications d'un oppidum celte, cité d'importance du peuple Leucque. 

Village médiéval abandonné de Casenoves

L'ancien hameau abandonné de Casesnoves est l'un des premiers villages situés au bord de la Têt après l'entrée de celle-ci dans la plaine. Il se trouve sur la rive gauche du fleuve, sur un cône de déjection apporté par le ravin de Casesnoves, accolé à des falaises. Le village est situé à une altitude de 161 m alors que le plateau le surplombant culmine rapidement aux alentours de 300 m. Les riches terres alluviales de la vallée de la Têt sont le domaine des vergers. Le plateau, ancien territoire d'élevage, est en grande partie couvert de landes et de forêts ouvertes.

Motte castrale dite de Saint-Gô

Il s'agit d'une ancienne motte féodale dont subsiste encore la levée de terre. 

Villa romaine côtière

 

Dolmen

Dolmen situé sur une propriété privée, s'assurer de disposer des autorisations afin de s'y rendre. 

Site archéologique de la Phosphatière

Siècle de la campagne principale de construction

Motte, basse-cour médiévales

 

Site archéologique de la Tour d'Albon

 

Dolmen

Dolmen situé sur une propriété privée, s'assurer de disposer des autorisations afin de s'y rendre. 

Tombeau romain

Localisation précise du tombeau dans le cimetière à préciser. Vous pouvez utiliser la fonction "participer" de l'application pour nous envoyer des photos et un commentaire  ici :  archeologies://#!section=20150900

Pont aqueduc 17° siècle

Pont aqueduc construit à la fin du 17° siècle. 

Pont aqueduc 17° siècle

Pont aqueduc construit au 17° siècle sous le règne de Louis XIV. 

Banc-reposoir napoléonien

Les bancs reposoirs sont des installations en grès dont les montants verticaux arrivent à hauteur de tête, et sur laquelle est installée une deuxième banquette. 

Rempart gallo-romain

Rempart daté du 3° siècle de notre ére. 

Portion de voie romaine

Le site antique de Coudoulous dit aussi voie romaine de Coudoulous consiste en un vestige de route antique taillée dans le schiste et se caractérise par de profondes ornières en deux sillons parallèles.

Eglise ruinée

Ce site est situé à 190 m d'altitude, en forêt. 

Enceinte médiévale

On peut distinguer entre le 5 et 7 de la rue Clovis une portion de l'enceinte dite de Philippe Auguste (12° siècle). Il s'agit de la deuxième enceinte médiévale , et la plus ancienne dont on connaise précisemment le tracé. 

Vestige d'aqueduc romain

Le vestige visible au n°42 de l’avenue Reille, derrière une vitre épaisse, est une ancienne conduite de l’aqueduc romain de Lutèce, datant du IIème siècle après J-C. A cette époque, seule l’eau de la Seine, régulièrement impropre à la consommation, était disponible pour alimenter les établissements publics. Les romains décidèrent donc de construire un aqueduc pour acheminer l’eau depuis les sources de Rungis, Wissous jusqu’aux lieux publics et au Palais des empereurs. L’aqueduc permit également la mise en service des thermes de Cluny et du Collège de France. Ses voies de passage étaient enfouies à seulement quelques mètres de profondeur, sur 26 km de long avec un dénivelé de 1,6% et il passait par les villes actuelles de Fresnes, Hay-Les-Roses, Arcueil et Gentilly jusqu’au Parc Montsouris et la rue Saint-Jacques. De là, l’eau était acheminée jusqu’aux bains avoisinants et aux fontaines de…

Pont aqueduc

A proximité du hameau de Pondel, situé sur la droite en aval de la route qui d’Aymavilles monte à Cogne, se trouve un pont-aqueduc construit à l’époque romaine sur le torrent Grand-Eyvia. Il s’agit d’une grandiose œuvre en maçonnerie et blocs de pierre taillée, mesurant 56 mètres de hauteur et plus de 50 de longeur.

Oppidum, éperon barré.

SIte naturellement protégé, avec des falaises à l'est et au sud. 

Portion d'aqueduc antique.

La datation de l'aqueduc ne peut être approchée qu'à partir des thermes romains de Divona-Cahors qui en étaient l'aboutissement. La construction de ceux-ci ont été datés de la transition Ier-IIe siècle après J.-C., mais la mise au jour d'autres édifices romains de Cahors montre que la ville avait déjà une organisation très développée avant le règne de l'empereur Claude, c'est-à-dire dans les années 50 du Ier siècle après J.-C. Les analyses chimiques des charbons de bois réalisées pendant les recherches de Didier Rigal et de son équipe donnent, pour la datation la plus ancienne, entre -10 et 10 après J.-C. Les thermes ont probablement été utilisés jusqu'au IVe siècle. L'aqueduc a été probablement en fonction jusqu'à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle.

Camp fortifié préhistorique

Citadelle préhistorique (Néolithique) a été érigée au 2° millénaire avant notre ère, appartenant à la culture toréenne. 

Camp fortifié

Camp fortifié

Site préhistorique. 

Vestiges d’une motte castrale

De la motte qui devait abriter une élévation et des aménagements en matériaux légers (bois, terre) ne reste que la base, la motte de terre constituée en partie par la terre issue du creusement des fossés circulaires. 

Voie romaine

Voie romaine taillée à flanc de falaise. 

Vestiges d’un château

A visiter en complément de la motte castrale qui précédait le château : archeologies://#!section=20936448&item=39603999

Vestiges de thermes

Située rue du théâtre romain, une façade devait faire partie des bains romains composant avec le théâtre des lieux aménagés dans le cadre du complexe longeant la voie. 

Blockhaus d'infanterie n° 4, PA du Castellar.

Le blockhaus 4 du PA de Castellar est un blockhaus pour arme d'infanterie construit par le MOM en 1940. 

Chaussée Vigouroux (12/18°s)

Nous avons besoin de repérages sur site pour clairement localiser cette chaussée. 

Villa gallo-romaine

Villa fouillée en 2003. 

Dolmen

Restes d'un dolmen très probablement attribué à la période néolithique. 

Vestiges d'un thêatre

Vestiges encore visibles d'un théâtre situé en bordure de la voie romaine reliant Saintes (Mediolanum) à Burdigala via Pons. 

Voie

Tronçon de voie romaine. 

Portion de voie romaine

Portion de voie romaine en grès des Vosges très bien conservée sur 200 mètres, puis se prolonge sur près d'un kilomètre. 

Portion de voie romaine

Portion dite du "Grand chemin d'Allemagne". 

Nécropole gallo-romaine

Il s'agit d'un regroupement de pierres tombales celtes et gallo-romaines, ou stèles-maisons  retrouvées dans les environs, par les archéologues au 19° siècle. 

Villa gallo-romaine

Villa gallo-romaine

Vestiges d'une villa gallo-romaine. Pendant l'Antiquité ce secteur était densément occupé par ce type d'installation. 

Villa gallo-romaine

À Dehlingen, les vestiges d'une villa (ferme) gallo-romaine ont été fouillés à la fin du 19e s. par le pasteur de Diemeringen, Jean Ringel. Tombés dans l'oubli, ils ont été redécouverts par un agriculteur faisant des travaux dans son champ. Les indices mis au jour depuis 1994 par les archéologues de la Société de recherche archéologique d'Alsace Bossue (SRAAB) montrent que le site a été occupé du 1er au 4e s. après J.-C. Vous pouvez visiter ces ruines toute l'année. Une plateforme a été aménagée pour faciliter l'accès au site. Des panneaux explicatifs vous renseigneront sur les découvertes. À proximité se trouve un jardin expérimental, profitez-en pour y faire un tour ! Pour en savoir plus, rendez-vous au CIP au centre du village en suivant les sentiers ! Vous y verrez les objets découverts à la villa et comprendrez comment travaillent les archéologues !

Villa gallo-romaine

Portion de voie romaine

Portion de voie romaine.

Villa gallo-romaine du Grosswald

Vestiges appartenant probablement à la pars rustica d'une villa sont visibles. 

Portion de voie romaine

Portion de voie romaine

Portion de voie romaine

Portion de la voie romaine qui reliait Metz à Saarbrucken. 

Portion de voie romaine

Portion de la voie romaine qui reliait Metz à Saarbrucken. 

€Amphithéâtre Romain

Construit vers le milieu du 1er siècle de notre ère en même temps que les autres édifices du sanctuaire rural auquel il appartenait, l'Amphithéâtre a été le cadre de jeux de gladiateurs jusqu'à l'extrême fin du IVe siècle. Il est le seul monument antique de Toulouse encore visible dans sa globalité. Des visites commentées permettent de comprendre cet important monument et de découvrir les vestiges de thermes romains conservés à proximité dans une crypte archéologique.

Habitat troglodytique & volcan endormi. Les Balmes de Montbrun.

Site exceptionnel, alliant découvertes géologiques, archéologiques et paysages somptueux. 

Vestiges d'une occupation fortifiée

Cet ensemble de bâtiments résidentiels et de structures de défense, mis à jour lors d’une campagne de fouilles réalisée par le Service départemental d’archéologie de la Hte-Savoie. Il a été mis en valeur par l’architecte du patrimoine G. Desgranchamps.

Canal et moulin médiévaux

Le canal de l'Oncion, supprimé en 1959, fut construit en 1371. Il était destiné à amener l'eau des environs d'Allinges au château de Ripaille. Deux maîtres terrassiers de Rumilly furent chargés de sa construction : Mermet et Duchene.

Four de potier gallo-romain

Avec sept autres fours, il se situait au croisement de l'avenue Saint-François de Sales et de l'avenue d'Evian, à une centaine de mètres d'ici. Ce four fut doté d'une importante assise de béton afin d'assurer son transfert d'un seul tenant à son emplacement actuel. 

Château et vue panoramique

Les ruines de Château-Neuf et Château-Vieux se tiennent face à face au sommet de la colline des Allinges. La chapelle romane de Château Neuf XIème siècle qui abrite une remarquable fresque dans l'abside en cul-de-four est quant à elle classée au titre des Monuments Historiques.

Cabrettes du 19° s.

Les cabrettes sont des vestiges de bois qui permettaient le passage des câbles à foin pour descendre les barillons de foin. Elles datent du 19e siècle.

Borne romaine

La borne de l'Avenaz est l'une des trois bornes retrouvées dans le Val d'Arly sur l'antique frontière entre Ceutrons et Allobroges. Placée en 74 ap.jc. par les romains afin de délimiter les territoires des tribues locales, elle est gravée "FINES" ce qui signifie "limite". Jusqu'au 18e siècle, elle marque à cet endroit la limite des alpages entre La Giettaz et ses voisins. En raison des conflits et procès au sujet des limites de pâturage, cette borne, au même titre que d'autres, a été "rebattée", c'est à dire jetée dans la pente afin de brouiller le tracé de la frontière.Retrouvée en 1992 par des passionnés de La Giettaz et de Cordon, elle a été replacée selon le rituel romain en 2004.

Arc de Campanus

L'Arc de Campanus, selon l'hypothèse actuellement retenue par les archéologues, est daté du de la fin du Ier siècle. Il porte juste au-dessus de la grande arcade une inscription partiellement lisible : L.POMPEIUS CAMPANUS VIVUS FECIT. Au niveau de l'entablement se distinguent sur l'architrave des cartouches avec des noms inscrits et au-dessus de chacun , des niches creusées. Nous ne savons rien sur ce Lucius Pompeius Campanus, qui a fait ériger ce monument aux défunts de sa famille. L'arc suscite l'intérêt des chercheurs, son emplacement aux abords du temple et des thermes permet de s'interroger sur sa fonction exacte : arc funéraire, arc commémoratif ou porte ouvrant vers les thermes ?

Temple de Mithra

Site rare taillé dans la roche. 

Carrières antiques (site dit de Mathieu)

Il s'agit d'un vaste ensemble de différentes carrières exploitées pendant l'Antiquité qui sont réparties au "Bois des Lens", zone boisée de collines et de combes  qui surplombent Combas. 

Carrières romaines

Afin d’alimenter en matériaux de construction la colonie de Vasio Vocontiorum (Vaison) il a fallu exploiter de nombreuses carrières à proximité. 

Pont gallo-romain

Blockhaus d'infanterie n°2.

Le blockhaus 2 du PA de Castellar est un blockhaus pour arme d'infanterie construit par le MOM en 1940. 

Blockhaus d'infanterie n°3, PA du Castellar

Le blockhaus 3 du PA de Castellar est un blockhaus pour arme d'infanterie construit par le MOM en 1940. 

Blockhaus d'infanterie n°1 PA Castellar

Le blockhaus 1 du PA de Castellar est un blockhaus pour arme d'infanterie construit par le MOM en 1940. 

Bunker, ouvrage d'infanterie

Il s'agit du bloc n°3 de l'ouvrage fortifié du Welschhof qui en comporte 3. Pour localiser les autres, se servir de la carte archeologies://#!section=27567870 . 

Bunker, ouvrage d'infanterie / entrée de l'ouvrage.

Bloc 1 de l'ouvrage du Welschhof, qui en comporte 3 en tout (voir la carte "seconde guerre mondiale" pour les localiser. 

Tourelle pour arme mixte, bloc 2

Ensemble composé d'une cloche et d'une tourelle. 

Ouvrage d'annexe - mitralleuses

Ouvrage réalisé en 1940. 

Allée couverte

« Le monument des Fades à Pépieux est la plus grande tombe dolménique du midi de la France » selon Jean Guilaine, qui le classe parmi les principaux sites mégalithiques de France. En dépit de sa longueur, l'édifice n'est pas une allée couverte