Retour à la liste

Fort romain

Lioua Wilaya de Biskra DZ

Gemellae était un fort romain et un camp associé à la périphérie du désert du Sahara dans ce qui fait aujourd’hui partie de l’ Algérie . C’est maintenant un site archéologique, à 25 km au sud et à 19 km à l’ouest de Biskraet à 5 km au sud-ouest du village actuel de M’Lili avec lequel il partage probablement un nom berbère original . Il était relié par la route romaine militaire à Castellum Dimmidi et à Capsa .

Apparemment, il y avait une fortification à Gemellae avant l’arrivée des Romains. Pline l’Ancien raconte que quand Lucius Cornelius Balbus a célébré sa victoire sur les Garamantes du Sahara en 19 av. J.-C., l’une des conquêtes présentées dans le défilé à travers Rome était celle de Milgis Gemmella, décrite comme un oppidum (qui signifie généralement un établissement fortifié). 

Les Romains semblent avoir occupé le site et l’ont fait l’un des avant-postes les plus au sud, marquant les limes ou les limites de l’ Empire romain .

Le premier épigraphe extrait du site est une inscription pour une statue ,de l’ empereur Hadrien , vers l’an 126 après J.-C., par un coït equitata (régiment équestre) originaire de Chalcis en Syrie . La présence de cette unité de l’armée en Afrique est attestée par des inscriptions datant d’autrefois dès 78 après JC et aussi tard que 164 après J.-C.

Une deuxième très grande dédicace à Hadrian , face à la cour centrale, date de 132 après JC. Le nom de la Légion à laquelle appartient le régiment a été marqué, vraisemblablement en raison du retrait de leur légion pour des raisons disciplinaires puis réinscrit, vraisemblablement après le retour du régiment en 253 après J.-C. 

Aussi présents dans le sacellum étaient des statues d’ Antonin Pie , Pertinax et Gordian , les deux derniers avec des inscriptions indiquant la présence de l’ Ala I Pannoniorum (une unité de cavalerie élevée par l’ empereur Gordian ). Les Autels aux Dii Campestres (dieux de l’armée) ont été consacrés par Marcus Celerius Augendus, préfet des Pannoniens , et par Titus Aurelius Aurelianus, préfet d’une autre unité de cavalerie de Thrace . Il est probable que les Pannoniens étaient des substituts du régiment Legio III Augusta jusqu’à sa réintégration en 253 après JC. 

L’hypothèse est que l’inscription de 126 AD, pour une statue de petite taille, représente l’établissement d’un camp «provisoire», et que l’inscription de 132 marque l’achèvement du plus grand fort. 

L’établissement du fort et de la colonie environnante est probablement lié à la construction du Fossatum Africae . Gemellae est le plus grand de plusieurs forts dans la région qui suit la ligne des Fossatum . Au 5ème siècle, on mentionne encore un secteur des limes appelé Gemellensis juste avant l’invasion du Vandal. Autre que cela, l’histoire de Gemellae après 253 AD reste incertaine.

Aucun artefact chrétien n’a été récupéré, donc il n’y a pas de preuves archéologiques actuelles pour une présence byzantine. Cependant, Justinien est connu pour avoir ordonné à Belisarius en 534 après JC de restaurer les fortifications des limes comme avant l’invasion du Vandal. L’historien Procopius du 6ème siècle mentionne un Meleon comme un de ces forts reconstruit en conséquence, [11] qui ont peut-être été Gemellae. L’historien arabe du 9ème siècle Khalifa ibn Khayyat raconte que lorsque Abu al-Muhajir Dinar était émir d’ Ifriqiya (vers 675-682), il a conquis Mila qui peut avoir été Gemellae.

Source : cnra.dz

Illustration : GoogleEarth.